Demande de rappel

Éthique et déontologie

La déontologie représente l’ensemble des obligations professionnelles que chaque Coach s’engage à respecter et que les autres parties peuvent éventuellement lui opposer.

C’est l’ensemble des devoirs du Coach, du Coach vis-à-vis du Coaché et du Coach vis-à-vis de l’organisation.

 

I. LE COACH

Art. 1-1. Exercice du Coaching

Le Coach répond aux besoins de son Coaché en matière d’apprentissage ou de développement, conformément au programme prévu dans le cadre de la relation de Coaching.

Le Coach s’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation et de son expérience.

La responsabilité première du Coach consiste à garantir le meilleur service au Coaché et à agir de façon à ne faire aucun tort ni au Coaché ni au commanditaire.

Le Coach s’engage à garder en toutes circonstances sa dignité, son autonomie et sa responsabilité individuelle.

Art. 1-2. Compétence

Le Coach garantit que son niveau d’expertise et de connaissances lui permet de répondre aux besoins du Coaché. Il garantit qu’il est à même d’agir conformément au présent code de déontologie et aux normes qui peuvent en découler. Il s’engage à faire évoluer sa pratique et à améliorer sans cesse son niveau de compétence en suivant régulièrement des formations appropriées et en participant à des activités organisées par la profession.

Art. 1-3. Confidentialité

Le Coach s’astreint au secret professionnel absolu. Il respecte le niveau de confidentialité approprié et convenu au démarrage de la relation.

Art. 1-4. Supervision

Le Coach garde une relation avec un superviseur de qualité lui permettant d’évaluer régulièrement ses compétences et d’en assurer l’évolution.

Art. 1-5. Respect des personnes

Le Coach reconnaît la dignité de tout être humain. Il se conduit de façon à respecter les différences de chacun et à donner à tous des possibilités identiques.

Conscient de sa position, le Coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence.

Art. 1-6. Obligation de moyens

Le Coach prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande de l’organisation, le développement professionnel et personnel du Coaché.

Le Coach s’engage à travailler en toutes circonstances, dans les limites de ses compétences, à reconnaître les cas dans lesquels le travail dépasse le cadre de ses compétences et à mettre alors le Coaché en contact avec un Coach plus expérimenté ou approprié, ou à aider le Coaché à rechercher l’aide d’un autre professionnel, tel qu’un conseil, un psychothérapeute ou un conseiller juridique ou financier.

Art. 1-7. Intégrité

Le Coach est conscient du risque de conflits d’intérêts, de nature commerciale ou affective, pouvant découler de la relation de Coaching et s’engage à les régler de façon rapide et efficace, pour que cela ne porte aucun préjudice, ni au Coaché ni au commanditaire.

Le Coach s’engage à respecter ses responsabilités de professionnel, même lorsque la relation de Coaching est terminée. Cela inclut :

  • le respect de la confidentialité convenue pour toutes les informations liées aux Coachés et aux commanditaires ;
  • la non exploitation de la relation ayant existé ;
  • l’apport de tout suivi sur lequel les parties se sont mises d’accord ;
  • la conservation en lieu sûr de tous les documents et informations relatifs.

Art. 1-8. Refus de prise en charge
Le Coach peut refuser une intervention pour des raisons propres à l’organisation, au demandeur ou à lui-même.

 

 

II. LE COACH ET LE COACHÉ

Art. 2-1. Engagement

Le Coaché reconnaît que son niveau d’implication dans la démarche de Coaching est déterminant pour l’aboutissement de celle-ci et l’atteinte de ses objectifs.

Art. 2-2. Authenticité

Pendant les séances, le Coaché a une opportunité d’être vrai, authentique, grâce à la bienveillance du Coach. Il s’engage à ne pas jouer de rôle et met à profit cet espace pour évoquer tous sujets le concernant, et communiquer à son Coach tout fait ayant un impact sur sa progression vers son objectif.

Art. 2-3. Processus de coaching

Le Coaché reconnaît que les séances de Coaching peuvent être personnellement impliquantes et qu’il peut y avoir des moments où il pourra ressentir des difficultés émotionnelles.

Art. 2-4. Actions entre les séances

Le Coaché s’engage dans la mesure du possible à effectuer les actions décidées d’un commun accord au cours des séances de Coaching. S’il se rend compte qu’il ne peut pas effectuer ces actions, il en avise immédiatement le Coach.

Art. 2-5. Responsabilité des décisions

Le Coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le Coach laisse par conséquent toute la responsabilité de ses décisions au Coaché.

Art. 2-6. Garantie

Aucune garantie ne peut être donnée concernant la réalisation des objectifs fixés par le Coaché. Le Coach ne peut être tenu responsable d’un échec partiel ou complet relié à l’atteinte d’un objectif. Le Coach est responsable du processus d’accompagnement du Coaché et le Coaché est responsable de la réalisation des objectifs définis.

Art. 2-7. Validation de la demande

Toute demande de Coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’organisation et l’autre par le Coaché lui-même. Le Coach valide la demande du Coaché.

Art. 2-8. Protection de la personne

Le Coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement du Coaché.

Art. 2-9. Lieu du Coaching

Le Coach se doit d’être attentif à la signification et aux effets du lieu de la séance de Coaching. Le Coaché exprime clairement ses besoins au Coach.

 

III. LE COACH ET LE COMMANDITAIRE / L’ENTREPRISE

Art. 3-1. Protection des organisations

Le Coach est attentif au métier, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation pour laquelle il travaille.

Art. 3-2. Compréhension de la mission

Le Coach veille à ce que les attentes du Coaché et du commanditaire soient bien prises en compte et à ce que Coaché et commanditaire aient eux-mêmes bien compris de quelle façon il serait répondu à ces attentes.

Art. 3-3. Garantie

Aucune garantie ne peut être donnée concernant la réalisation des objectifs fixés par le Coaché. Le Coach ne peut être tenu responsable d’un échec partiel ou complet relié à l’atteinte d’un objectif. Le Coach est responsable du processus d’accompagnement du Coaché et le Coaché est responsable de la réalisation des objectifs définis.

Art. 3-4. Validation de la demande
Toute demande de Coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’organisation et l’autre par le Coaché lui-même. Le Coach valide la demande du Coaché.

Art. 3-5. Restitution au donneur d’ordre
Le Coach ne peut rendre compte de son action au donneur d’ordre que dans les limites établies avec le Coaché.

Art. 3-6. Équilibre du système
Le Coaching s’exerce dans la synthèse des intérêts du Coaché et de son organisation.

 

Je m’engage à respecter cette déontologie, qui s’allie à mon éthique personnelle. Je suis supervisée à deux endroits.